01/10/2018 – Sara Legrandjacques

Pour une histoire globale des mobilités étudiantes d’Asie coloniale

Depuis septembre 2015, mes recherches doctorales sur les mobilités étudiantes en Asie coloniale, entre la décennie 1850 et la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont été la source de multiples interrogations et réflexions sur l’histoire globale et transnationale. Une analyse fine de l’intitulé de la thèse révèle la complexité des notions et concepts mobilisés : qui sont les étudiants ? Qu’est-ce qu’une mobilité ? Est-il cohérent de parler de l’Asie coloniale ? Pourquoi privilégier une approche sur le temps long ? Après une brève présentation de mon objet, ce billet sera l’occasion de revenir sur certains enjeux de cette recherche.

En outre, cette histoire globale des mobilités académiques s’appuie sur une étude comparée et connectée de deux territoires : l’Inde britannique et l’Indochine française. Cette approche induit la prise en compte de toutes les échelles de circulation, de la colonie aux circulations internationales, en passant par les empires et l’échelle régionale. Mon objectif est de reconnecter ces différents niveaux afin de tester mon hypothèse de départ : il est impossible de comprendre le développement de l’enseignement supérieur et technique et ses conséquences sur les sociétés coloniales sans prendre en compte les mobilités et leur imbrication à différentes échelles. Par exemple, malgré l’ouverture d’universités sur le modèle occidental dès 1857 en Inde, les étudiants indiens souhaitant intégrer l’India Civil Service doivent, jusqu’en 1922, passer un examen en Angleterre et, en cas de succès, y poursuivre leur formation. En parallèle, des logiques d’opposition à l’enseignement mis en place par les autorités coloniales ont parfois nourri les flux : le mouvement Đông Du organisé par Phan Bội Châu entre 1905 et 1908 a pour objectif la formation de jeunes gens au Japon.Ces derniers doivent y apprendre comment bouter les Français hors d’Indochine.

Un enchevêtrement d’acteurs apparaît alors, mêlant étudiants, pouvoirs publics, leaders anticolonialistes mais aussi associations, élites locales, missionnaires, etc. Mes recherches tendent à dévoiler cette multiplicité, en allant au-delà de travaux se concentrant généralement sur le rôle de l’État, et à examiner les causes, les moyens mais aussi les conséquences des mobilités.

Le premier enjeu auquel je me suis confrontée – par l’intermédiaire de critiques (bienveillantes) de collègues – concerne le cadre géographique de mon sujet. Choisir l’Inde et l’Indochine permet à la fois d’allier sources francophones et anglophones, d’assouvir mon appétit pour l’histoire britannique et, d’un point de vue plus scientifique, de comparer deux empires coloniaux souvent en concurrence. Celle-ci se manifeste notamment en Asie au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle– on parle parfois d’un « scramble for Asia ». Dans un souci de faisabilité, j’ai décidé de me concentrer sur deux territoires qui dominaient au sein de ces empires coloniaux asiatiques : le « joyau de la couronne » britannique,l’Inde britannique, et la « perle de l’Orient »,l’Indochine française. Ce sont aussi deux territoires où ont été ouvertes des universités, dès 1857 en Inde, et en 1907-1908 puis 1917 en Indochine. Enfin, une idée reçue prédomine, opposant un colonialisme britannique plus libéral à une plus grande prudence française, qu’une étude comparée doit permettre de confirmer ou d’infirmer (en fait, de nuancer).

La mise en tension, le face-à-face entre deux territoires sous domination coloniale a parfois provoqué des réactions hostiles,fondées sur la prétendue impossibilité de mener une telle comparaison dans le cadre d’une thèse et sur l’intérêt jugé douteux d’une telle démarche. Pourtant, ce choix n’est pas vain mais nourrit une réflexion sur le concept d’enseignement supérieur colonial, qui sous-tend l’existence de points communs transcoloniaux et transimpériaux : peut-on considérer qu’il existe des caractéristiques communes au développement d’un enseignement post secondaire dans les colonies ?

Ici, la comparaison est un outil – il ne s’agit pas de« comparer pour comparer » – et associée à une démarche connectée et croisée. Il ne s’agit pas de considérer l’Inde et l’Indochine comme des systèmes fermés, seulement mis en contact par une démarche méthodologique. L’histoire connectée permet alors de déplacer le curseur en prenant en compte d’une part, les contacts entre les différentes populations et individus participant aux mobilités, et, d’autre part, la multiplication et l’imbrication des échelles déjà évoquée. La comparaison devient dès lors un pont, doit conduire aux croisements et aux connexions. Des pôles, majoritairement urbains, se dégagent alors comme des potentiels points de contact,fréquentés par les étudiants indiens et indochinois : Paris,Tokyo, Moscou, Marseille… C’est ici que réside la principale difficulté méthodologique de mon travail : retrouver ces contacts et croisements dans les sources – et jusqu’ici, les contacts indo-indochinois s’avèrent très minoritaires.

Mes recherches reposent dès lors sur une méthodologie globale :j’appréhende les archives d’une manière transnationale en confrontant des fonds dispersés géographiquement et institutionnellement. Travailler sur les mobilités étudiantes implique une mobilité du chercheur : mes fonds se situent en France, en Grande Bretagne, en Inde, au Cambodge, au Vietnam, aux États-Unis… et pourraient être complétés, si j’étais polyglotte, par des matériaux japonais, chinois, russes, allemands,etc. Malgré tout, le risque d’eurocentrisme est perpétuellement à combattre puisqu’une grande partie de mes archives ont été produites et collectées par les pouvoirs publics – métropolitains comme coloniaux – ou par des institutions d’enseignement occidentales. La grande diversité des sources – correspondances, statistiques, dossiers d’étudiants, photographies, journaux, brochures, rapports officiels, etc. – permet tout de même de faire résonner la voix d’acteurs non-étatiques.

Finalement, la dimension globale de cette étude dépasse sa simple définition spatiale. Cette histoire est globale, totale parles multiples dimensions qu’elle aborde : sociale, politique, économique, culturelle, institutionnelle, etc. Les mobilités sont appréhendées comme un tout, ce qui justifie de préférer ce terme à celui de circulation, gommant l’idée d’une mobilité sociale par l’intermédiaire de la mobilité spatiale.

Sara Legrandjacques
Doctorante (Paris 1 CHAC – UMR Sirice)
sara.legrandjacques@gmail.com
etudiants.hypotheses.org


L’HISTOIRE À L’HEURE DU TRANSNATIONAL

Mis en avant

La remise en cause du cadre national comme échelle incontournable de l’analyse historique est venue questionner les anciennes catégories d’analyse, qu’elles soient géographiques, historiques ou sociales. L’essor des histoires transnationales et globales, l’émergence du monde comme échelle d’analyse ne sont bien sûr pas seuls en cause, et leurs effets se conjuguent plutôt à ceux, plus anciens, d’une histoire pragmatique venue inquiéter la définition des groupes sociaux, ou, plus récents, d’une histoire attentive aux manières de dire le temps, aux implicites et aux imaginaires que charrient avec eux siècles, règnes et autres chrononymes.

Aussi s’agit-il, à la faveur des débats suscités par le tournant transnational, de regrouper ces différents foyers de réflexion sur les cadres de la recherche historique et de confronter les différentes méthodes mises en œuvre par les jeunes chercheurs pour, sur ce sol mouvant, construire un sujet de recherche légitime et le concrétiser.

Ce carnet de recherche constitue la caisse de résonance de notre atelier. Les comptes rendus des différentes séances y sont publiés, et permettent d’éclairer divers aspects méthodologiques de l’histoire à l’heure du transnational à travers une recherche historique présentée par un.e jeune chercheur.euse. Vous y trouverez également les dernières publications et les derniers événements ayant trait aux problématiques de l’histoire transnationale, globale ou connectée.